Page d'accueil

Ligne du temps

Les annonces

1.500 V

20 kV 50 Hz

APMFS miniature

Les reportages

Assemblées Générales
  • 12/04/2003
  • 27/03/2004
  • 25/03/2006
  • 24/03/2007
  • 05/04/2008
  • 28/03/2009

    Histoire
  • Inondations 1957
  • Pontamafrey
  • Le Grand Rocher
  • Chambéry

    Journées du Patrimoine
  • 2004
  • 2005
  • 2006
  • 2008
  • 2009
  • 2010

    Restaurations
  • CC 20001
  • 2CC2 3402
  • Locos industrielles
  • OCEM A3B5
  • Y BE 15053
  • CC 6558
  • CC 6549
  • La Rotonde d'Ambérieu

    Les Sorties
  • IFC Novembre 2002
  • MILANO 2006
  • AMBERIEU 2006
  • AIX - St-JEAN 2006
  • ANNECY 2007
  • TUNNELLISSIMO
  • BUSSOLENO 2008
  • MILANO 2008
  • St-GERVAIS 2008
  • CFT BREVENNE
  • BELLEGARDE 2008
  • St-MICHEL 2009
  • TRENI DI NATALE 2009
  • ITALIA 150
  • MODANE 2012
  • LYON 2012
  • TORINO 2013
  • LYON 2013
  • GENÈVE 2014
  • ZIMEYSA 2014
  • LYON 2014
  • TORINO 2015
  • RETRO 2015
  • TORINO 2016
  • ANNECY 2016
  • TORINO 2017

    Les liens

    Les statuts

    FerMusée I/F


    Calendrier


    A.P.M.F.S.
    731, chemin de la Rotonde
    73000 CHAMBÉRY
    FRANCE

    Écrire à l'APMFS

    Dernière modification:
  • Les reportages de l'APMFS
    Cliquez pour mettre ce site dans vos Favoris

    CHAMBERY-MODANE-TORINO 2017

    A nouveau, un beau souvenir pour nos voyageurs !
    par Michel SABATINI
    10 juin 2017
    Les défis d'une nouvelle réussite...
    Chaque année, mettre sur pied notre traditionnel voyage à Turin reste un défi, car les problèmes à résoudre sont nombreux et les aléas de dernière minute mettent à l'épreuve notre ténacité.

    Cette année, alors que tout semblait bien rodé et organisé, nous apprenons un peu tard que le convoi italien mis à disposition par la Fondation FS aura une capacité moindre de 90 places par rapport aux années précédentes. Alors que l'équilibre financier de cette prestation est toujours difficile, ce manque de places signait l'évidence d'un déficit pour ce voyage.


    Après maintes hésitations et discussions ardues, nous avons pris la décision de le maintenir en prenant le risque d'un déficit malgré une légère et inévitable majoration du prix des places.

    Il ne nous restait donc plus qu'à faire une bonne publicité pour vendre tous nos billets.

    Mais, à quatre semaines du voyage, nous apprenons que des difficultés nouvelles, d'ordre règlementaires cette fois-ci, rendaient impossible l'accès à la gare de Modane au convoi italien !


    L'incertitude nous a fait mettre en stand-by la publicité, notre moral était au plus bas lorsqu'enfin, une bonne dizaine de jours plus tard, nos amis italiens nous confirment que le train se fera.

    Ouf ! Nous pouvions désormais nous consacrer à vendre toutes nos places en comblant le retard pris sur la publicité. Heureusement, ce voyage étant très apprécié par nos fidèles voyageurs et grâce à une météo complice, nous avons réussi à faire le plein et avons même dû, hélas, refuser des ventes à J-2.
    Voici quelques photos en illustration de cette belle journée.
    Cliquez sur une photo pour l'agrandir (avec Javascript) ou cliquez sur (sans Javascript)
    -1- Modane : cette année, le convoi italien est composé de 4 voitures " Anni 59 " en remplacement de toutes les voitures " cento porte " habituelles ; en queue, on distingue la traditionnelle voiture bar.
    -2- Autre vue de notre train pour Turin en attente de départ à Modane. Les puristes, très attachés à la compatibilité des matériels composant un convoi, sont cette fois comblés car un " Caïmano " en tête de voitures grises " Anni 59 " ça a effectivement existé !
    -3- Quelle ambiance rétro que ce splendide convoi avec des portières ouvertes vers l'extérieur et ces voyageurs aux fenêtres ! On s'imaginerait volontiers 50 ans en arrière, pour peu que quelques valises transitent par les fenêtres et récupérées par la " Mamma ", qui s'était, au préalable, précipitée pour réserver les places pour toute la famille dans le même compartiment !
    -4- La E 656 se lance à l'assaut de la rampe qui mène au tunnel du Fréjus. Grâce aux fenêtres qui peuvent s'ouvrir, les voyageurs apprécient le spectacle et écoutent le bruit caractéristique de la loco en plein effort de mise en vitesse.
    -5- Ça y est, le convoi s'engouffre maintenant dans le tunnel du Fréjus et lorsqu'il en ressortira, nous serons " Nel bel Paese " !
    -6- La voiture bar réalisée par nos amis Italiens est de toute beauté ! Comment François et Michel auraient pu résister à une photo souvenir avec les charmantes hôtesses qui mettront toute leur bonne volonté à servir ces voyageurs français qui ne parlent pratiquement pas un mot d'italien.
    -7- C'est maintenant au tour de Gaëtan de poser entouré par les hôtesses, sous le regard amusé d'Ivan, notre précieux et serviable correspondant de Feralp Team.
    -8- La qualité du travail réalisé par l'équipe de Feralp Team donne à ce bar un attrait particulier !
    -9- La partie arrière, décorée à souhait, nous évoque le luxe des voyages d'antan avec la CIWL.
    -10- Les voyageurs ne s'y sont pas trompés et ont spontanément occupé toutes les places.
    -11- Dans cette voiture bar, le frein à main est facilement accessible et Louisette, notre " chère " trésorière, fait office de garde frein... avec la casquette qui officialise sa mission !
    -12- Intérieur d'un compartiment des voitures " Anni 59 ".
    -13- Les FS, comme nombre de leurs homologues européens, dotaient leurs voitures à voyageurs d'une carte géographique de leur pays. Celle-ci datant d'au moins 40 ans, ne laissait pas indifférents ceux qui, issus de l'émigration italienne, retournaient voir leur famille en train et essayaient grâce à elles, de suivre le déroulement de leur voyage.
    -14- Le couloir latéral d'une des 4 voitures " Anni 59 ".
    -15- Arrivée à Turin Porta Nuova : nos voyageurs vont se disperser dans la ville.
    -16- Photo de famille des membres de l'APMFS ; le sourire de chacun laisse à penser que les tracas qui se sont invités dans l'organisation de ce voyage sont bel et bien oubliés !
    -17- La journée se termine, le convoi du retour est déjà à quai alors que la majorité de nos voyageurs profitent encore d'un dernier " gelato " aux abords de la gare, avant de venir prendre place.
    -18- Le convoi du retour file vers la France sur les rampes du Fréjus. La belle E 656 se joue du tonnage des lourdes voitures " Anni 59 ".
    -19- Ca y est, le train italien du retour a passé la section de séparation électrique du courant de traction entre Italie et France et roule maintenant sous les 1500 volts continu SNCF pour arriver en gare de Modane.
    -20- Correspondance à Modane, où la rame française attend nos voyageurs pour le retour. Chacun d'eux ayant tendance à monter au plus près de la sortie du passage souterrain pour être sûr de ne pas rester sur le quai. Lionel, notre agent d'accompagnement, leur assure qu'ils ont largement le temps d'aller vers les autres voitures sans précipitation.
    -21- Si la correspondance quai à quai a compliqué un peu le voyage de nos clients, elle a permis aux photographes d'immortaliser une scène impossible durant la carrière de ces deux séries de locomotives, au vu de leur décorations (version originale pour la E 656 et " En Voyage "©, pour la BB22200).
    -22- La E 656 590, après être allé s'aiguiller, va faire l'impasse de sa rame pour le retour à Turin.
    Flâneries turinoises, trains réels et miniatures
    Cliquez sur une photo pour l'agrandir (avec Javascript) ou cliquez sur (sans Javascript)
    En marge de ce reportage sur la prestation purement ferroviaire de l'APMFS et de FeralpTeam, nous vous proposons d'en savoir plus sur ce qui, à Turin, occupe le Staff de l'APMFS depuis les nombreuses années que ces voyages existent.

    Tout d'abord, étant pour la plus part passionnés par les trains miniatures italiens, une visite systématique est programmée dans le magasin de modèles réduits situé pas loin de la gare (1).

    (1)ISACCO i treni
    36 Corso Vittorio Emanuele
    à 700 m de la gare de Porta Nuova à droite en sortant.
    IConvivialité, disponibilité et passion sont les maîtres-mots du commerçant qui nous assure à chaque fois un accueil des plus chaleureux.

    Nous monopolisons généralement le magasin toute la fin de la matinée !

    Après un agréable et reposant repas, la flânerie dans la ville de Turin occupe le restant de la journée pour certains alors que d'autres s'évadent vers une gare de la banlieue pour faire quelques photos de trains réels.
    IEt bien évidement toutes ces occupations sont entre coupées de plusieurs dégustations de "Gelati" !

    D'autres choisissent un voyage aller-retour jusqu'à Milan avec les fleurons de la grande vitesse italienne, histoire de "bouffer" encore du train, voire vers Gènes, en fonction des possibilités horaires qui permettent d'être de retour pour notre train !

    Nous vous invitons, pour quelques instants, à nous accompagner dans nos balades turinoises...
    -23- Très disponible, ce vrai marchand de petits trains prend la peine de nous montrer avec passion, les modèles susceptibles de nous intéresser.
    -24- Il n'hésite d'ailleurs pas à nous exposer un modèle donné sous toutes les coutures, dès lors que nous en manifestons le désir d'achat, telle cette E 652 109 ACME en version d'origine, que Michel et Lionel observent avec attention.
    -25- Chose fabuleuse dans ce magasin, le propriétaire, installé depuis une quarantaine d'années, est un vrai passionné ! Il utilise son magasin pour exposer des pièces de collections du chemin de fer réel, tel cette console de caténaire triphasée qui équipait un temps les lignes du Piémont.
    -26- Vue sur le banc d'essai du matériel vendu surplombé par l'insigne de la CIWL qui ornait la face latérale des voitures de la compagnie. Un peu de matériel SNCF complète le lieu.
    -27- Si l'arrière-boutique semble un peu désordonnée, pour nous les passionnés, c'est une véritable caverne d'Ali baba où, lorsque l'on est invité à rapporter des rayons une ou plusieurs références susceptibles de nous intéresser, l'émotion est grande. Le plaisir d'acheter du petit train dans un vrai magasin; voir de près, choisir, hésiter, ou, sur un coup de coeur, tomber sur une référence " introuvable ". Plaisir et émotions sont au rendez-vous, contrairement aux achats sur internet, où, finalement, on n'achète que des références !
    -28- Depuis quelques années, la ville de Turin a fait un très gros effort pour valoriser ses monuments. Voici, telle qu'on peut la voir maintenant, la majestueuse façade de la gare de Torino Porta Nuova alors que lors de nos précédents voyages elle était masquée par les échafaudages.
    -29- Ceux qui ont fait le choix de la flânerie dans la ville ont eu la chance de tomber sur une exposition de Ferrari sur l'incontournable pace Vittorio Veneto où quelques années auparavant, nous avions eu le plaisir de découvrir le salon du chocolat; ce fut inoubliable !
    -30- Le réseau de tramway de la ville de Turin est très dense et se faufile partout au coeur de la cité piémontaise.
    -31- Ceux qui ont choisi de photographier du train italien eurent la confirmation, qu'à l'instar de la France, il est fait appel aux éléments automoteurs pour composer les trains de voyageurs: les rames tractées se font rares.
    -32- La chance sera-t-elle avec les photographes qui, en se rendant en train à Moncalieri, ont croisé deux trains de Fret ? En attendant, voilà encore un élément automoteur !
    -33- Sans avoir un intérêt majeur, cet élément ETR 460 "Frecciabianca" rappelle de vieux souvenirs à l'auteur de la photo puisqu'il avait conduit ce matériel il y a maintenant 20 ans sur la ligne Lyon - Modane !
    -34- Pour retourner à Torino Porta Nuova, nous avons dû changer de train à Lingotto; et sommes un peu bredouille quant à une éventuelle photo exceptionnelle. Néanmoins, la chance nous a souri au dernier moment avec ce convoi "Ambrogio" qui traversait lentement la gare. Quelle ne fut pas notre surprise de voir en tête une E633 (série des Tigres) encore en version d'origine alors que la décoration XMPR, appliquée au matériel italien a débuté il y a vingt ans !
    -35- Nous terminons cette visite de la capitale du Piémont par une vue de ce magnifique "Palazzo Madama", dont nous devons la façade baroque à l'architecte Filippo Juvarra. Après avoir été en 1637, la résidence personnelle de Christine de France, alors régente du duc Charles-Emmanuel II, ce palais abrite depuis 1934, le musée des antiquités de la ville "Museo Civico d'Arte Antica".
    Retour en début de page