Page d'accueil

Ligne du temps

Les annonces

1.500 V

20 kV 50 Hz

APMFS miniature

Les reportages

Assemblées Générales
  • 12/04/2003
  • 27/03/2004
  • 25/03/2006
  • 24/03/2007
  • 05/04/2008
  • 28/03/2009

    Histoire
  • Inondations 1957
  • Pontamafrey
  • Le Grand Rocher
  • Chambéry

    Journées du Patrimoine
  • 2004
  • 2005
  • 2006
  • 2008
  • 2009
  • 2010

    Restaurations
  • CC 20001
  • 2CC2 3402
  • Locos industrielles
  • OCEM A3B5
  • Y BE 15053
  • CC 6558
  • CC 6549
  • La Rotonde d'Ambérieu

    Les Sorties
  • IFC Novembre 2002
  • MILANO 2006
  • AMBERIEU 2006
  • AIX - St-JEAN 2006
  • ANNECY 2007
  • TUNNELLISSIMO
  • BUSSOLENO 2008
  • MILANO 2008
  • St-GERVAIS 2008
  • CFT BREVENNE
  • BELLEGARDE 2008
  • St-MICHEL 2009
  • TRENI DI NATALE 2009
  • ITALIA 150
  • MODANE 2012
  • LYON 2012
  • TORINO 2013
  • LYON 2013
  • GENÈVE 2014
  • ZIMEYSA 2014
  • LYON 2014
  • TORINO 2015
  • RETRO 2015
  • TORINO 2016
  • ANNECY 2016
  • TORINO 2017

    Les liens

    Les statuts

    FerMusée I/F




    A.P.M.F.S.
    731, chemin de la Rotonde
    73000 CHAMBÉRY
    FRANCE

    Écrire à l'APMFS

    Dernière modification:
  • Les reportages de l'APMFS
    Cliquez pour mettre ce site dans vos Favoris

    LA 2CC2 3402 A CHAMBÉRY (suite).

    Page précédente:
    "Retour à Chambéry"
    Les dessous de la Reine...
    Sauf mention contraire, les photos sont de G. JENNY
    Cliquez sur une photo pour l'agrandir
    Page suivante:
    "Après les premiers tours de roues"
    Avant l'intervention des agents d'Oullins pour le remplacement des RA, nous avons (à tort) décidés d'essayer de déposer le RP intérieur (sur le truck, sous la passerelle). Après plusieurs séances de travail ou nous avons tout démonté (chasse pierres, tuyauteries de frein direct et automatique, bielles de sécurité du bogie...etc) nous nous sommes retrouvés avec un réservoir prisonnier sur le bissel, entre le banlancier à col de cygne de celui-ci et les longerons du truck (1ère photo de gauche).
    Nous avons tout essayé, même de soulever le truck à l'aide de vérins : cela ne passe pas. Le seul moyen normal est de déposer le bogie ou de soulever entièrement les trucks. Le dépôt de Chambéry n'est pas équipé pour ce genre d'intervention. Décision a donc été prise de faire découper le réservoir. C'est ce qui a été fait ce mardi par l'agent soudeur/oxycoupeur du dépôt de Chambéry, Monsieur DELEGLISE.

    G. JENNY

    Le coeur de la Reine...
    Sauf mention contraire, les photos sont de Georges JENNY
    Cliquez sur une photo pour l'agrandir
    Jacques et Massimo se sont attaqués au grattage de la peinture dans le couloir basse tension. Le grattage est manuel sur les faces latérales de la caisse ainsi que sur les parties hautes du plafond, motif : plus question d'utiliser le pistolet pneumatique à aiguilles depuis la remise en peinture extérieure de la caisse. C'est Jacques (photo de gauche) qui, à l'aide d'un grattoir décape les tôles latérales et supérieures du plafond. Quand à Massimo (photo de droite), à l'aide du pistolet à aiguilles, il décape le chassis de caisse.

    Sous les jupes de la Reine...
    Sauf mention contraire, les photos sont de Georges JENNY
    Cliquez sur une photo pour l'agrandir

    Les 3 agents de l'équipe frein d'Oullins examinent et réfléchissent à la manière de remonter les réservoirs.

    Le réservoir (un RP) doit être hissé sur le corps de l'essieu du bogie.

    Mise en position du RP dans les 2 brides de fixation. Le RA est en place, visible à gauche de la photo.

    Opération de blocage des brides de fixation du réservoir.

    Le côté A est terminé. La 2CC2-3402 a été tournée. Les travaux débutent côté B par la dépose des chasse-pierres et entretoise du bogie.

    Le vieux RA est rapidement déposé. Il sera règlementairement perforé et ferraillé.

    Le sort du gros réservoir RP n'est pas plus réjouissant.

    Tout comme du côté A, le réservoir prisonnier doit être découpé au chalumeau afin de pouvoir l'extraire de son emplacement.

    Le RP vit ses derniers instants après plus de 40 ans passés sous la locomotive.

    L'équipe s'accorde une minute de repos avant de "replonger" sous la 2CC2-3402 pour la suite.

    L'usage d'un vérin de fosse permet de positionner le nouveau réservoir RP.

    Une fois en bonne position, le réservoir est bloqué par deux brides de fixation.

    Une autre vue de la mise en place du réservoir dans ses brides de fixation.

    Après trois journées de travail, les deux RP ainsi que les deux RA sont en place.
    Il reste maintenant à confectionner les tuyauteries raccords. Le travail sera réalisé aux ateliers d'Oullins et l'équipe reviendra en décembre à Chambéry pour effectuer la mise en place puis les essais sous pression pour s'assurer que tout va bien. Alors, encore un peu de patience avant la réalisation du battement à blanc final avant la levée officielle des pantographes sous une caténaire, cette fois-ci sous tension !
    G. JENNY, le 18 octobre 2005

    Les circuits pneumatiques, acte II
    Sauf mention contraire, les photos sont de Georges JENNY
    Cliquez sur une photo pour l'agrandir
    Comme il avait été convenu, les trois agents de l’équipe "Freins" des ateliers d’Oullins sont revenus à Chambéry, le lundi 28 et mardi 29 novembre 2005, pour terminer les travaux de remise aux normes des circuits pneumatiques de la locomotive.

    Le travail le plus délicat, après le remplacement des réservoirs, consiste à réaliser les tuyauteries qui les relient entre-eux, à savoir deux extérieurs à un intérieur, aux deux extrémités de la locomotive.
    En partant d’un tube classique, droit, tout l’art du chauffage et du cintrage est appliqué afin de réaliser une tuyauterie qui puisse s’adapter au millimètre près sur des raccords, tout en épousant la forme de divers obstacles : le châssis du truck, la gaine du cablot de chauffage, le ressort du crochet de traction et enfin la conduite générale. Une autre partie du travail consiste à remettre en place les deux distributeurs de freinage, raccordés à de nombreux tuyaux avec raccords qui ne sont jamais du même type.
    En effet, pour une si petite série de machine (4) le travail a été effectué à la demande, avec les moyens du bord.

    Le matériel spécial (les raccords divers) ayant été préparé à Oullins, malgré un ultime contrôle avant le départ pour Chambéry, ce qui devait arriver arriva : il manque un modèle spécial de raccord !

    Après de vaines recherches au sein des équipes du dépôt, sans solution acceptable pour un remplacement quelconque, le travail est arrêté.
    Une nouvelle séance doit donc être programmée afin de terminer le montage et de procéder aux essais sous pression ainsi qu’au contrôle du fonctionnement des circuits de freinage de la locomotive.


    Patience donc avant l’écriture de l’acte III !


    G. JENNY, le 1er décembre 2005

    Sur le côté d'un truck, montage d'un distributeur de freinage.

    Meulage du sommet d'un tuyau avant d'y placer dessus le raccord d'étanchéité.

    Chauffage du tube avant le passage dans la cintreuse pour obtenir la bonne forme.

    Le distributeur est relié à quelques raccords dépareillés.

    Le résultat du pîquage pour le réservoir intérieur.

    Opération délicate du montage des raccord pour le pîquage du réservoir intérieur

    Bien que quelque peu tourmentée, cette chose que l'on dénomme "tuyau", prendra, au millimètre près, sa position parfaite sous la locomotive.

    Remontage de la conduite générale et de sa poche de purge.

    Message à celui qui a oublié le raccord final ...
    ;-)
    Page précédente:
    "Retour à Chambéry"
    Retour en début de page Page suivante:
    "Après les premiers tours de roues"